March 8, 2011


The Central Executive Committee of the Young Communist League of Canada has endorsed the following statement by the Communist Party of Canada. Happy IWD to all sisters -- members, friends, allies and fellow activists in the youth and student movement, and all struggling women.


International Women's Day 2011 Greetings from the Communist Party of Canada

This year, the 100th Anniversary of International Women's Day comes amidst inspiring new struggles for democratic rights in Tunisia, Egypt and other countries. Women have played key roles in the trade union, community, student and other grassroots organizing which sparked these popular uprisings, and in the powerful fightback against the attacks on public sector unions in Wisconsin.

Across the capitalist world, women are disproportionately paying the price for government bailouts of the banks and major corporations. Across Europe, women are active in the fightbacks against the neo‑liberal cuts to social programs, public service lay‑offs and massive raises in tuition.

In Canada, IWD 2011 comes amidst the intense battle over pension rights, such as the U.S. steel lockout of steelworkers in Hamilton. The attacks by corporations upon the hard won pensions of their workers, and by the government upon public pension plans, have the sharpest impact on women, given their lower average incomes, and higher rates of poverty.

This year's IWD follows a groundbreaking vote in the House of Commons, adding gender identity and gender expression as prohibited grounds for discrimination and harassment in both the Canadian Human Rights Code and the Criminal Code. While it still must pass the Senate, Bill C‑384 is a major advance for human rights in Canada ‑ particularly for trans women.

March 8 has always been a day to honour women's struggles, take stock of hard‑won gains, and put forward demands to promote full equality.

IWD is particularly significant for working class women, oppressed by the "double burden" of exploitation in the workplace and the major share of domestic labour. Despite the growing numbers of women in Canada's workforce, their unequal economic status is reflected in a 30% "wage gap" and many other indicators.

Statistics Canada reports that in 2009, 58.3% of women ‑ a total of 8.1 million ‑ were employed, more than double the 1976 total. This includes 72.9% of women with children under 16 at home. Despite considerable strides since the 1970s, women are still less likely to be employed than men, with the exception of young women aged 15 to 24.

While about 73% of employed women worked full‑time in 2009, another 27% worked fewer than 30 hours per week, more than double the 12% of men who work part‑time. Nearly 7 out of 10 part‑time workers are female, a total of 2.2 million women, a pattern which has changed little in recent decades. Low‑paid women are increasingly compelled to hold more than one job. By 2009, about 56% of multiple job holders were women.

Meanwhile, the percentage of women in unionized jobs has risen dramatically, from 22.3% in 1976, to 32.6% in 2009, while men's unionization has fallen from 39% to 30.3%. Women now make up a majority of organized workers in Canada.

The majority of employed women (67% in 2009) still work in "traditional" sectors: teaching, nursing and related health occupations, clerical or administrative positions, or sales and service, compared with 31% of employed men.

Young women, and immigrant and aboriginal women, have higher unemployment rates.

The unequal economic status of women in Canada has been condemned internationally. High poverty levels and the lack of social assistance to women have been raised by virtually every United Nations body that reviews Canada's human rights performance, including the CEDAW Committee, the Committee on Economic, Social and Cultural Rights, the Human Rights Committee, and the Human Rights Council.

The fight for equality

Despite the claim that women have achieved "equality," they still face under‑funding of emergency shelters and support services for victims of family violence. Economic and social conditions are shameful for Aboriginal women and girls, who are particularly vulnerable to racism and inequality, and hundreds of whom have been murdered or disappeared. The shameful decision by the Harper Tories to deny funding for the Sisters in Spirit progam is yet another attempt to silence the voices of Aboriginal women.

Internationally, trillions of dollars are wasted on war instead of development efforts to provide women and girls with education and economic opportunities, clean water, adequate health care, and more human rights protection, including personal security, choice in marriage, and reproductive choice.

Global environmental devastation impacts women and children, from those living downstream from Canada's tar sands, to those living in drought stricken sub‑saharan Africa. Changing material conditions goes hand in hand with changing social attitudes. Today it is more obvious than ever that war is the most terrible crime against humanity. In many countries, from the Middle East to Afghanistan to Congo toColombia, wars increasingly target civilian populations. Women and children are casualties of bombardment from the air and atrocities on the ground, and the victims of public health catastrophes arising from the destruction of power plants, water supply systems and hospitals.

The Communist Party expresses our full solidarity for all women involved in the struggle for survival under difficult conditions. We demand that the state of Israel abandon its policy of territorial expansion, violence and economic strangulation of Palestinian communities, an apartheid policy which imposes terrible hardships upon the women of Gaza and the West Bank. The women of Haiti need our full solidarity following the tragic earthquake in that country; we reject the strategy of imperialist governments which have sent troops instead of medical personnel.

International Women's Day 2011 takes place in a time of ongoing economic crisis. Government and corporate reassurances of recovery are exposed as lay‑offs, plant closures and attacks on pensions continue. The corporations, and the governments which serve them, are increasing economic disparity by cutting social programs and giving bailouts to wealthy shareholders and CEOs. Rather than pay for the crisis which their system created, the capitalists want to roll back workers' gains and set the stage for ever‑deepening exploitation.

The demand for a country‑wide child care system, a key issue in election after election, has again been abandoned by the minority Harper government. Incredibly, pay equity is actually under attack, and even the opportunity for complaints through the courts is denied. The Tories ignore calls to improve the Employment Insurance system paid for by all workers. As the majority of part‑time and minimum wage workers, women are disproportionately under‑protected; only three women out of ten in the workforce are eligible to collect EI. Even those who meet the requirements can't survive on benefit rates set at 55% of their low previous earnings.

Needed: a working class response

The response to the economic crisis by working people, women and men, must be a massive campaign to build a People's Coalition for a genuine alternative to corporate greed. Such a campaign, led by the labour movement and its allies, should fight to restructure the economy, to provide sustainable jobs and to improve social services such as health, education and universal child care, to provide increased opportunities for women in the work force. To protect jobless workers and their families, EI payments must be set at 90% of previous earnings for the full duration of unemployment. Evictions and utility cutoffs against all families affected by unemployment must be banned. The labour movement must put much greater emphasis on organizing unorganized women, the most important way to combat poverty and income disparity.

But as long as capitalism continues, it will continue to generate poverty, inequality, exploitation, environmental degradation and war. These are not accidental side‑effects, they are necessary ingredients of a system designed to maximize profit in private hands. Under capitalism, the women of the world face tremendous struggles to win new progress, or to hold on to gains already won. Every step forward will be threatened by the next economic downturn, and the danger of war is never absent. Only socialism, based on democratic, collective ownership and working class power, can permit the enormous creative and productive potential of the world's workers to be used constructively for human needs.

Communists have played a leading role since the inception of International Women's Day, which was unanimously adopted by a Socialist International women's conference in Copenhagen in 1910 and observed for the first time in 1911. The Communist Party of Canada salutes women who are struggling throughout the world for peace, justice and equality, whose full participation is essential for the success of all working class and democratic movements.

On IWD 2011, the Communist Party of Canada stands in solidarity with all those who struggle for peace, equality, democracy and social progress. A better world is both possible and necessary ‑ the world of socialism, the only system which can guarantee full equality and a future for humanity!



Salutations du Parti communiste du Canada à l’occasion de la journée internationale de la femme 2011

Cette année, à son 100e anniversaire, la Journée internationale de la femme arrive au moment où de nouvelles luttes pour les droits démocratiques en Tunisie, en Égypte et dans d'autres pays nous inspirent. Les femmes ont joué un rôle clé au sein des syndicats, des communautés, des associations étudiantes et d’autres organisations de masse qui ont déclenchées ces soulèvements populaires au Moyen-Orient et en Afrique, et aussi dans la riposte puissante aux attaques contre les syndicats du secteur public dans le Wisconsin.

Partout dans le monde capitaliste, les femmes paient le prix pour les plans de sauvetage des gouvernements pour les banques et les grandes entreprises. Partout en Europe, les femmes sont actives dans la riposte contre les coupures néolibérales dans les programmes sociaux, les licenciements massifs dans les services publics et l’augmentation des frais de scolarité.

Au Canada, la Journée international de la femme (JIF) 2011 arrive au milieu de l'intense bataille sur les droits aux pensions, comme le montre le lock-out des métallurgistes d’U.S. steel à Hamilton. Les attaques par les entreprises sur les pensions durement gagnées par leurs travailleurs et leurs travailleuses, et les attaques du gouvernement sur les régimes de retraite publics, ont une forte incidence sur les femmes, compte tenu de leur revenu généralement inférieur et donc de leur plus grande pauvreté.

La JIF de cette année suit un vote crucial à la Chambre des communes ; l’ajout de l'identité sexuelle et de l’expression sexuelle comme motif de discrimination et de harcèlement dans les Code canadien des droits de l'homme et dans le Code criminel. Alors qu'il doit encore passer au Sénat, le projet de loi C-384 constitue une avancée majeure pour les droits humains au Canada - en particulier pour les femmes transsexuelles.

Le 8 mars a toujours été une journée pour honorer les luttes des femmes, faire le point sur les gains durement acquis, et faire avancer des demandes visant à promouvoir la pleine égalité.

La JIF est particulièrement important pour les travailleuses, opprimées par le «double fardeau» de l'exploitation comme travailleuses et du travail domestique toujours majoritairement effectué par des femmes. Malgré le nombre croissant des femmes dans la population active au Canada, l’inégalité de leur statut économique se traduit entre autres par un écart salarial par rapport aux hommes de 30%.

Statistique Canada rapporte qu'en 2009, 58,3% des femmes – soit 8,1 millions de femmes - avaient un emploi, plus du double de 1976. 72,9% de ces femmes avaient des enfants de moins de 16 ans à la maison. Malgré des progrès considérables depuis les années 1970, les femmes sont toujours moins susceptibles d'être embauchées que les hommes, à l'exception des jeunes femmes âgées de 15 à 24.

Alors qu'environ 73% des femmes travaillaient à temps plein en 2009, un autre 27% ont travaillé moins de 30 heures par semaine, soit plus du double des d'hommes (12%) qui travaillent à temps partiel. Près de 7 travailleurs sur 10 à temps partiel sont des femmes, pour un total de 2,2 millions de femmes, un modèle qui a peu changé au cours des dernières décennies. Les femmes avec de bas salaires sont de plus en plus forcées d’avoir plus d'un emploi. En 2009, environ 56% des personnes ayant des emplois multiples étaient des femmes.

Pourtant, le pourcentage de femmes occupant des emplois syndiqués a augmenté de façon spectaculaire, passant de 22,3% en 1976, à 32,6% en 2009, tandis que la syndicalisation des hommes a diminué de 39% à 30,3%. Les femmes représentent aujourd'hui la majorité des travailleurs et des travailleuses syndiqués au Canada.

La majorité des femmes occupant un emploi (67% en 2009) travaillent encore dans les secteurs «traditionnels»: enseignement, soins infirmiers et professions liés à la santé, les emplois de bureau ou administratif, ou la vente et les services, comparativement à 31% des hommes.

Le taux de chômage est plus élevé chez les jeunes femmes, les femmes immigrantes et les femmes autochtones.

L'inégalité du statut économique des femmes au Canada a été condamnée au niveau international. Les niveaux élevés de pauvreté et le manque d'assistance sociale aux femmes ont été soulevés par la quasi-totalité des organisations des Nations Unies qui examinent la performance du Canada en ce qui concernent les droits humains, tel que le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, le Comité des droits humains et le conseil des droits humains.

La lutte pour l'égalité

En dépit de l'affirmation selon laquelle les femmes ont obtenu l '«égalité», les refuges d'urgence et les services de soutien aux victimes de violence familiale font toujours face à un sous-financement. Les conditions économiques et sociales des femmes et des filles autochtones qui sont particulièrement vulnérables au racisme et aux inégalités sont une honte. Des centaines d'entre elles ont été assassinées ou ont disparues. La décision honteuse par les conservateurs de Harper de refuser le financement au programme Sisters in Spirit (Sœurs en Esprit) est encore une autre tentative pour faire taire la voix des femmes autochtones.

Au niveau international, des trillions de dollars sont gaspillés sur la guerre au lieu de contribuer au développement et de fournir aux femmes et aux filles des possibilités éducatives et économiques, de l'eau potable, des soins de santé adéquats, et une plus grande protection de leur droits, comme leurs droits à la sécurité personnelle, au choix dans le mariage et au choix en matière de reproduction.

La dévastation environnementale affecte les femmes et les enfants du monde, de ceux et celles vivant en aval des sables bitumineux au Canada, à ceux et celles qui vivent en Afrique sub-saharienne frappées par la sécheresse. La modification des conditions matérielles va de pair avec l'évolution des attitudes sociales. Aujourd'hui, il est plus évident que jamais que la guerre est le crime le plus terrible contre l'humanité. Dans de nombreux pays, du Moyen-Orient à l'Afghanistan jusqu’en Colombie et au Congo, les guerres cible de plus en plus les populations civiles. Les femmes et les enfants sont les victimes des bombardements et des atrocités sur le terrain, et les victimes des catastrophes de santé publique découlant de la destruction des centrales électriques, des systèmes d'approvisionnement en eau et des hôpitaux lors de ces guerres.

Le Parti communiste exprime toute sa solidarité avec toutes ces femmes impliquées dans la lutte pour la survie sous des conditions difficiles. Nous exigeons que l'État d'Israël abandonne sa politique d'expansion territoriale, la violence et l'étranglement économique des communautés palestiniennes et sa politique d'apartheid qui impose de terribles épreuves aux femmes de Gaza et de la Cisjordanie. Les femmes d'Haïti ont besoin de notre entière solidarité après le séisme tragique dans ce pays. Nous rejettons la stratégie des gouvernements impérialistes qui ont envoyé des troupes militaire au lieu de personnel médical.

La Journée internationale de la Femme 2011 a lieu au moment de la crise économique. La supposée reprise annoncée par le gouvernement et les entreprises se dévoile par les licenciements massif, les fermetures d'usines et les attaques sur les retraites qui continue comme la reprise des capitalistes et non celle du peuple. Les entreprises et les gouvernements qui les servent, font augmenter les disparités économiques en réduisant les programmes sociaux pour donner des millions en plans de sauvetage pour les riches actionnaires et les PDG. Plutôt que de payer pour la crise qui a été créé par leur système, les capitalistes veulent faire reculer les gains des travailleurs et des travailleuses et préparer le terrain pour l'exploitation toujours plus profonde.

La demande pour un système de garderies à l'échelle pancanadienne, une question clé élection après élection, a de nouveau été abandonnée par le gouvernement minoritaire de Stephen Harper. L'équité salariale fait l'objet d'attaques en ce moment et la possibilité de plaintes devant les tribunaux est refusée. Les conservateurs ignorent les demandes pour l’amélioration du système de l'assurance-emploi payées par tous les travailleurs et les travailleuses. Puisqu’elles constituent la majorité des personnes travaillant à temps partiel et au salaire minimum, les femmes sont sous-protégés. Seulement trois femmes sur dix dans la population active sont admissibles à des prestations d'assurance-emploi. Même celles qui qui se qualifie à l’assurance-emploi ne peuvent pas vivre avec des taux de prestations fixé à 55% de leurs revenus antérieurs déjà trop faible.

La nécessité: une réponse de la classe ouvrière

La réponse à la crise économique par les travailleurs et les travailleuses, par les femmes et les hommes, doit être une campagne massive pour bâtir une coalition populaire pour une véritable alternative à la cupidité des entreprises. Cette campagne, menée par le mouvement syndical et ses alliés, doit se battre pour restructurer l'économie, fournir des emplois durables et améliorer les services sociaux comme la santé, l'éducation et les services de garde universels, et offrir des possibilités accrues pour les femmes dans la population active. Pour protéger les travailleurs et les travailleuses sans emploi et leurs familles, les paiements de l’assurance-emploi doivent être fixés à 90% du salaire pendant toute la durée du chômage. Les expulsions et les coupures de prestations contre toutes les familles touchées par le chômage doivent être interdites. Le mouvement syndical doit mettre davantage l'accent sur l'organisation des femmes non syndiquées, le moyen le plus important de lutter contre la pauvreté et la disparité des revenus.

Mais tant que le capitalisme continuera, il génèrera de la pauvreté, l'inégalité, l'exploitation, la dégradation de l'environnement et la guerre. Ce ne sont pas des effets secondaires accidentels. Ces tragédies sont inhérentes à ce système conçu pour maximiser les profits des propriétaires privées. Sous le capitalisme, les femmes du monde sont confrontées à d’énormes difficultés pour gagner de nouveaux progrès et même pour conserver les gains déjà fait. Chaque pas en avant sera menacé par le prochain ralentissement économique, et le danger d’une nouvelle guerre n'est jamais absent. Seul le socialisme, fondé sur la démocratie, la propriété collective et le pouvoir ouvrier, peut permettre à l'énorme potentiel créatif et productif des travailleurs et des travailleuses dans le monde d’être utilisé de façon constructif pour répondre aux besoins des gens.

Les communistes ont joué un rôle de premier plan depuis la création de la Journée internationale de la femme. Journée qui a été adopté à l'unanimité par la conférence des femmes de l'Internationale socialiste à Copenhague en 1910 et qui a eu lieu pour la première fois en 1911. Le Parti communiste du Canada rend hommage aux femmes qui luttent partout dans le monde pour la paix, la justice et l'égalité, dont la pleine participation est essentielle pour la réussite de toute la classe ouvrière et des mouvements démocratiques.

En cette journée international de la femme 2011, le Parti communiste du Canada exprime sa solidarité avec tous ceux et celles qui luttent pour la paix, l'égalité, la démocratie et le progrès social. Un monde meilleur est possible et nécessaire - le monde du socialisme, le seul système qui puisse garantir une égalité pleine et un avenir pour l'humanité!

No comments:

Post a Comment

Popular stories